Un pas en avant

audace

L’audace,

C’est le tremplin qui pousse à se dépasser, à aller vers qqch de plus grand que soi,
C’est l’envol d’un oiseau qui s’élance avec légèreté pour voir plus loin,
C’est le mouvement intérieur qui soulève les inhibitions,

C’est le moteur qui permet de réaliser ses rêves,
C’est l’instant où le rideau se lève, où le silence va laisser place à une rencontre et qu’il va falloir poser le premier mot,
C’est la solennité de l’instant, quand les voiles se gonflent et que le marin se détache de la côte, y laissant ses sécurités que la mer vient reprendre,
C’est l’impulsion qui te met en route,
C’est l’élément déclencheur d’un commencement,
C’est le moment où tu fais tomber tes masques, où tu te dis à l’autre,
C’est l’étincelle qui allume la vie, qui rallume l’envie,
C’est l’élan qui déclenche le premier pas,

C’est l’impulsion, le saut dans le vide…

Y aller parce qu’on a des choses à apporter au monde et des choses à recevoir du monde.

J’aime ce moment unique, ce léger frisson où il va s’agir d’oser, de sortir de sa zone de confort, de larguer ses amarres, de se dévoiler puis de se lancer vers l’inconnu.

On se lance dans une aventure, dans un oui, avec un mélange d’excitations, de stimulation et de peurs, parce qu’il y aura de l’imprévu, et qu’il faudra tenir compte des marées, des courants, de la météo… et qu’il faudra savoir faire la différence entre ce qu’on peut changer et ce qu’on ne peut pas changer.

Prendre sa place

« Prendre sa place, c’est risquer de s’exposer.
Se montrer, c’est risquer d’être regardé (e).
Sortir sa voix, c’est risquer d’être écouté (e).
Se dire à l’autre, c’est risquer de mourir à soi.
Faire silence, c’est permettre une rencontre.
S’exprimer avec émotion, c’est amener de la musique à ses mots.
Affirmer ses convictions, c’est apporter sa note à l’harmonie.
Dévoiler ses imperfections, c’est faire de ses faiblesses un trésor à partager.
Ne pas savoir répondre, c’est reconnaître que je n’ai pas la réponse à tout.
Accueillir un imprévu, c’est laisser la saveur de la vie pimenter l’espace.
S’adresser à une personne, c’est l’inviter à une danse et bâtir un pont entre elle et moi
Ne plus savoir quoi dire, c’est permettre à l’autre de composer avec moi.
Heureux les aventuriers qui osent sortir d’eux-mêmes pour aller rejoindre ceux qui les entourent. »