définir son cap

Quel est ton CAP ?

Que vois-tu au loin ?

Maintenant que ton cap est défini, il te reste à trouver le chemin pour l’atteindre. Chaque fois que le doute viendra, tu pourras revisualiser ce but. *

Pour cheminer, tu peux choisir, si tu le veux, de définir des petites étapes qui vont te faire du bien, te faire grandir, qui sont stimulantes, réalistes, mesurables/quantifiables, enrichissantes, à ta portée, te font vibrer et qui ne dépendent que de toi.

Veux-tu avancer davantage vers ton cap ?

Je te suggère quelques pistes :

1. Je prends le temps nécessaire pour me fixer des petites étapes . « Qui veut aller loin ménage sa monture. » Une petite étape réaliste, à notre échelle, permet de s’économiser et de garder son souffle pour la prochaine. Cela limite la pression. Une petite étape atteinte renforce la confiance en soi. Prendre des décisions qui permettent de s’orienter vers son cap redynamise notre élan vital. Il n’est pas nécessaire d’attendre de connaître tous les sentiers pour se mettre en route. La part d’exploration est sans doute la plus formatrice.

2. Je vérifie qu’elles soient en harmonie avec ma personne. Je m’autorise à choisir mes propres étapes, celles qui me correspondent, qui vont à mon rythme et qui me paraissent bonnes pour moi. Je ne fixe pas un objectif pour les autres, pour l’image que j’aurais vis-à-vis d’eux une fois le but atteint, pour les écraser, me venger de la vie, fanfaronner, prouver des choses aux autres, … Je n’attends plus d’avoir l’acquiescement des autres pour valider mes petites étapes. J’apprends à m’écouter et me faire confiance. Si je demande des conseils avisés , plus que toutes choses, j’écoute mon cœur.

3. Je les accorde à mon présent. Je choisis cette nouvelle étape aujourd’hui. Je la choisis en fonction de mes nouvelles compétences acquises, de mes nouvelles expériences vécues, de mes nouvelles rencontres,… Nos décisions sont toujours liées à un contexte. Elles sont conjoncturelles. Un objectif opportun pour soi il y a un an , ne sera peut-être plus approprié au contexte un an plus tard. J’accepte les décisions d’hier prises dans un contexte différent et qui ont des conséquences sur ma vie d’aujourd’hui. « Regarder le passé avec notre regard présent est un exercice biaisé. » Rose-Marie CHAREST. C’est aujourd’hui que je règle mes voiles.

4. Je regarde devant moi. J’assume tous les choix que je ne fais pas et n’aie pas fait. Choisir, c’est renoncer. Je m’autorise à me faire confiance et à écouter mon intuition. Le meilleur chemin sera celui que je choisirais. Il ne sera pas forcément le plus court, mais il sera celui qui semble le mieux me correspondre compte tenu de mon contexte. J’accepte aussi de lâcher prise sur tous les choix qui ne font pas partie de mes possibilités présentes. On a toujours le choix mais on n’a pas tous les choix.

Pour qui est-ce un problème si je n’atteins pas mon CAP ?

Ne vous mettez pas de pressions insurmontables qui vous feront perdre en confiance en vous si vous ne l’atteignez pas. En parsemant votre itinéraire de petites étapes, vous avancerez avec plus de motivation et de joie. L’idée d’atteindre ce cap doit rester une détente. On peut trouver du plaisir à y aller par un chemin enrichissant et se réjouir d’y découvrir de nouveaux horizons.

Soyez heureux de vous lancer dans votre aventure ! Bonne route !

*Et si je n’arrive pas à définir mon CAP ? Le coaching est un bon accélérateur pour vous aider à opter pour une direction de vie en phase avec votre personne et construire un itinéraire de route qui motive et fait sens.

Quel est ton CAP ?

Que vois-tu au loin ?

Pour cheminer, tu peux choisir, si tu le veux, de définir des petites étapes qui vont te faire du bien, te faire grandir, qui sont stimulantes, réalistes, mesurables/quantifiables, enrichissantes, à ta portée, te font vibrer et qui ne dépendent que de toi.

Veux-tu avancer davantage vers ton cap ?

Je te suggère quelques pistes :

1. Je prends le temps nécessaire pour me fixer des petites étapes . « Qui veut aller loin ménage sa monture. » Une petite étape réaliste, à notre échelle, permet de s’économiser et de garder son souffle pour la prochaine. Cela limite la pression. Une petite étape atteinte renforce la confiance en soi. Prendre des décisions qui permettent de s’orienter vers son cap redynamise notre élan vital. Il n’est pas nécessaire d’attendre de connaître tous les sentiers pour se mettre en route. La part d’exploration est sans doute la plus formatrice.

2. Je vérifie qu’elles soient en harmonie avec ma personne. Je m’autorise à choisir mes propres étapes, celles qui me correspondent, qui vont à mon rythme et qui me paraissent bonnes pour moi. Je ne fixe pas un objectif pour les autres, pour l’image que j’aurais vis-à-vis d’eux une fois le but atteint, pour les écraser, me venger de la vie, fanfaronner, prouver des choses aux autres, … Je n’attends plus d’avoir l’acquiescement des autres pour valider mes petites étapes. J’apprends à m’écouter et me faire confiance. Si je demande des conseils avisés , plus que toutes choses, j’écoute mon cœur.

3. Je les accorde à mon présent. Je choisis cette nouvelle étape aujourd’hui. Je la choisis en fonction de mes nouvelles compétences acquises, de mes nouvelles expériences vécues, de mes nouvelles rencontres,… Nos décisions sont toujours liées à un contexte. Elles sont conjoncturelles. Un objectif opportun pour soi il y a un an , ne sera peut-être plus approprié au contexte un an plus tard. J’accepte les décisions d’hier prises dans un contexte différent et qui ont des conséquences sur ma vie d’aujourd’hui. « Regarder le passé avec notre regard présent est un exercice biaisé. » Rose-Marie CHAREST. C’est aujourd’hui que je règle mes voiles.

4. Je regarde devant moi. J’assume tous les choix que je ne fais pas et n’aie pas fait. Choisir, c’est renoncer. Je m’autorise à me faire confiance et à écouter mon intuition. Le meilleur chemin sera celui que je choisirais. Il ne sera pas forcément le plus court, mais il sera celui qui semble le mieux me correspondre compte tenu de mon contexte. J’accepte aussi de lâcher prise sur tous les choix qui ne font pas partie de mes possibilités présentes. On a toujours le choix mais on n’a pas tous les choix.

Pour qui est-ce un problème si je n’atteins pas mon CAP ?

Ne vous mettez pas de pressions insurmontables qui vous feront perdre en confiance en vous si vous ne l’atteignez pas. En parsemant votre itinéraire de petites étapes, vous avancerez avec plus de motivation et de joie. L’idée d’atteindre ce cap doit rester une détente. On peut trouver du plaisir à y aller par un chemin enrichissant et se réjouir d’y découvrir de nouveaux horizons.

Le coaching est un bon accélérateur pour vous aider à opter pour une direction de vie en phase avec votre personne et construire un itinéraire de route qui motive et fait sens.

Soyez heureux de vous lancer dans votre aventure ! Bonne route !

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Une réponse sur “Garder le cap en vue”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres actualités

définir son cap

Garder le cap en vue

Quel est ton CAP ? Que vois-tu au loin ? Maintenant que ton cap est défini, il te reste à trouver le chemin pour l’atteindre.

Savoir quitter

SAVOIR QUITTER

« Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus. » Si vous voulez qu’une

mission de vie

Vivant

Il ne suffit pas d’être en vie, il faut être vivant. Frédérick Jézégou Y a t’il une partie éteinte en vous qui ne demande qu’à

S’ancrer ou flotter

Sans ancrage dans le présent, le futur est comme un cerf-volant coupé de son cordage Pierre Varin Sur quel bonheur as-tu envie d’ancrer ta vie